Mes chaussettes

calinou-avril-2013Il faut que je vous parle de mes chaussettes, parce qu’elles se baladent quand je ne suis pas là ! voui ! je n’invente rien ! quand je rentre à la maison, il m’en manque toujours une dans le panier à linge propre (ou celui pour le linge sale d’ailleurs ! ) et si j’en laisse trainer une paire, il arrive qu’elle disparaisse tout bonnement. Parfois, je retrouve une chaussette sur la table, une autre sur la terrasse, sur le canapé ou au milieu du couloir… Chat alors ? c’est à n’y rien comprendre !
Drôle de mystère, non ? Mes chaussettes se font la malle à « l’insu de mon plein gré » : il devenait urgent de mener l’enquête !
Mais il m’a fallu attendre encore longtemps, déployer des ruses de sioux, faire preuve d’une patience digne d’un moine bouddhiste avant de découvrir enfin, un beau jour…. LE grand chasseur de chaussettes !

D’abord, je l’ai entendu, tel un fauve, pousser son cri de victoire quand il me ramène une souris ou un serpent. N’écoutant que mon courage, j’ai sauté de ma chaise comme Zorro sur son cheval pour aller au secours du petit animal sans défense dont j’imaginais si bien les yeux implorants et la carcasse tremblante (oui, je suis sauveteuse de souris à mes heures) et c’est là que je vis, dans la lumière du soir couchant, me regardant avec un air coquin mêlé de défi et un certain orgueil dans le regard, mon chat la tenant fièrement dans sa gueule (pas la souris, ma chaussette !)

Je l’avais pris en plein flag ! il marchait fièrement, ma chaussette à la gueule, la tête haut levée pour ne pas marcher dessus. Je crois même qu’il se pavanait, l’oeil brillant et victorieux. Et ce faisant, il miaulait d’une façon bizarre comme pour annoncer au monde entier qu’il avait chopé la plus belle des chaussettes (M’enfin, on ne miaule pas la bouche pleine, cékoi cette éducation ! ). Forcément avec une proie comme ça il pouvait se permettre de frimer, hein ! Allez, je n’allais quand même pas lui retirer cet instant de gloire, et je lui laissais sa proie encore un moment, profitant qu’il se couche satisfait ensuite pour la récupérer sans bruit.

Je l’ai revu souvent, par la suite, tourner autour de mes chaussettes, mine de rien, comme si ça ne l’intéressait pas, s’éloigner de quelques pas, revenir, regarder d’un air soi disant distrait l’objet de sa convoitise, renifler un peu, s’allonger pas très loin, puis se rapprocher de nouveau et….. se mettre enfin en position de chasse, tout frémissant, le museau au ras de la couverture, le popotin frétillant, prendre son temps pour bien l’observer et d’un bond, se jeter sauvagement sur la chaussette qui n’avait plus aucune chance devant ce chasseur impitoyable.
Il la massacre un peu, la chaussette, histoire de lui faire comprendre qui est le plus fort, puis la prend dans sa gueule pour aller déposer son trophée ailleurs !

Parfois mon petit lion va même jusqu’à cacher la chausette dans la savane du jardinet, pour que je me donne un peu plus de mal que d’habitude à chercher celle qui manque. Il est fort mon chat ! C’est le roi de la jungle du jardin et fière de lui je suis !

Retrouvez les commentaires publiés sur mon ancien blog ici

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s