La rage au ventre

taikoAvril 2008, je suis au Japon. J’ai visité des lieux merveilleux du nord au sud. Les temples, les jardins, les atmosphères, les onsens, les parfums, Les sakura, les saveurs…  J’ai fait le plein de calme, de zenitude, de thé vert, de nuits futonesques (Aïe ! ) J’en ai pris plein les mirettes et plein le coeur. Maintenant retour à la civilisation. Les derniers jours de mon voyage sont réservés à Tokyo. Cette ville gigantesque est surprenante et fascinante, je veux tout voir de cette mégapole. Faudra que j’y retourne, c’est sûr…

J’ai depuis longtemps envie d’assister à un concert de Taiko car j’aimais déjà les entendre et les voir à la télévision, alors j’imagine qu’en vrai ce doit être très-beaucoup-plus-mieux-bien.
Quand je dis que j’ai de la chance, c’est vraiment vrai. Un concert est prévu demain à l’Opéra. Vite prendre un billet en espérant que ce ne soit pas complet. Je me mélange très vite les kanji alors je fais intervenir mes amies Yumiko et Midori qui, depuis Kyoto, arrivent miraculeusement à me trouver un billet qui m’attend à la conciergerie de mon hôtel. Elles sont fortes mes copines !

Le lendemain soir j’arrive à trouver l’Opéra de Tokyo,  et croyez moi, c’est déjà pas mal car le sens de l’orientation et moi…. Euh ! Comment dire ? … En fait ça ne se dit pas quoi !
Je m’installe, j’admire les wadaiko qui attendent leurs musiciens dans la pénombre de la scène, et  j’observe les japonais autour de moi et leurs façons de se comporter, c’est très intéressant.

Puis la salle s’assombrit et la scène apparaît en pleine lumière, les tambours sont encore plus beaux. J’entends une présentation en voix off en japonais, puis, fort heureusement pour moi, également en anglais, le concert commence et l’incroyable s’accomplit.

Au fur et à mesure des prestations des différents artistes sur les daikon et différents tambours, le concert monte en puissance au même rythme que les émotions enfouies se frayent un chemin en moi. J’en ai des frissons et lorsque les deux magnifiques taikomen entrent en action sur leur immense tambour cela me prend aux tripes.
D’énormes colères intérieures enfouies bien profondément cherchent à s’exprimer et j’ai la rage au ventre et l’amour au coeur. Mes larmes resteront en attente bloquées par je ne sais quelles barrières, mais je vibre. Mon corps entier est en vibrations, il est tout à la fois en violence et en douceur. J’en tremble. Je suis l’homme et le taiko, je suis le son et l’air, je suis la lumière et l’invisible. Je suis l’amour et la peur, je suis la poussière et l’infini. Je suis vie et je suis musique. Je suis prière et enchantement. Les pieds sur terre, ancrée devant le tambour géant, ma sensibilité cognant de toute sa force la peau tendue du taiko, et la tête levée vers le ciel, l’âme en bandoulière…

Taiko1

Publicités

17 réflexions au sujet de « La rage au ventre »

  1. je ne connais pas bien tout ce qui est asiatique, a part bien sur le peu que l’on voit a la teloch, et les clichés
    mais oui, j’imagine mieux apres ce billet les emotions, et toute l’ambiance aussi et la sensation de la musique,
    en fait je connaissais que les chants tu vois aux voix haut perchées et j’etais pas trop attirée mais la je pense que cela me plairai , je vais mieux me documenter et regarder des reportages sur internet tu m’a donné l’eau a la bouche

    pour ma kiné, bah me reste tout de meme a recuperer ma feuille de soins, en fait pas la sienne car j’ai donné la carte vitale, mais celle qu’elle m’a garde du premier kiné

    • Tu me diras si les taiko te font de l’effet ! 🙂

      Pour ta kiné foldingue, tu lui dis qu’elle doit te l’envoyer par courrier ! Ou qu’elle est obligée de l’envoyer à ton docteur ! Voilà, na !

  2. Coucou chère amie,

    J’ai découvert le taiko 24h avant de voir ton texte.
    Comme par hasard…

    Tout a commencé quand j’ai découvert un autre site avec des infos que j’ai beaucoup appréciées trouver.
    Sur son site, la blogueuse a notamment créé une page sur la musique et l’âme, dont voici le lien : http://crystallia.unblog.fr/musique-et-ame/

    De là, j’ai ressenti au fond de moi que j’étais lié au tambour.
    Il est un instrument de base essentiel chez moi.

    En recherchant sur internet les tambours, j’ai alors découvert le taiko. Et j’ai entendu de suite que c’était l’instrument en résonance avec mon cœur.
    D’ailleurs, je résonne beaucoup avec la culture traditionnelle japonaise : j’ai pratiqué du jujitsu traiditionnel, et maintenant je pratique de l’Aikido, comme tu sais.

    J’ai alors pressenti qu’en Qynergie – pour toute personne intéressée, voir le site http://www.qynergie.com/- , un jour, je trouverai mon taiko.
    Il me fera vibrer ainsi que la personne intéressée dans le cadre d’un soin individuel, ou bien plus probablement dans mes stages futurs que j’organiserai avec, voire même en conférence.

    Ma pratique de la Qynergie se fera un jour avec le Taiko. Si je n’écoute que mon coeur ici et maintenant, je peux dire que j’en suis certain.

    Il ne me reste qu’à te remercier pour ce partage.
    Je t’embrasse, à bientôt.
    Amitiés, bien à toi.

    • Et oui, chacun d »entre nous est touché différemment par la musique. Il y a aussi des musiques qui m’énervent, qui me saoulent, qui m’ennuient, qui m’enchantent, qui me transportent… Celles là même qui auront l’effet inverse sur quelqu’un d’autre car ça doit toucher à quelque chose d’intime, enfin, je crois 🙂

  3. La musique sait nous emporter, peu importe le pays d’où elle vient, je crois que la musique n’a pas de frontière Ladyelle. Merci de ce généreux partage, gros bisous, Gigi 🙂

  4. Comme c’est bon de ressentir ce genre de sensations, n’est-ce pas? La musique est puissante et nous transporte parfois bien au delà de ce qu’on pourrait imaginer!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s