Cadeau

DSC04212.jpg
Cälinou ?… Mouais, je crois que j’aurais du l’appeler Canaillou !
Il y a quelques étés, mon petit dur au coeur tendre a fugué, c’était la première fois. Je vous laisse imaginer mon inquiétude sachant que d’un côté de la maison il y a la route et ses voitures meurtrières (j’ai tremblé de retrouver son petit corps sur le bitume) et de l’autre côté  tous les dangers de la forêt (les gros matous bagarreurs, les renards, les pièges et les chasseurs sans scrupule…)
Je l’ai cherché durant neuf jours, sans relâche. La nuit aussi, je me suis fait prêter une lampe torche puissante pour traverser la forêt dense et noire. J’ai également demandé l’autorisation aux voisins pour passer dans leurs jardins. J’ai escaladé plus ou moins facilement les murs et les grillages sans vergogne des jardins inhabités, comme un voleur, mais peu m’importe, je l’aurais cherché jusqu’au bout du monde.
J’ai commencé à désespérer et à me recroqueviller sur mon angoisse. Comment entrer en acceptation ?  impossible ! Tout à l’heure il sera là, je le sais, je le veux…. 3h00 déjà ! j’aurais du continuer, mais j’étais épuisée, il fallait que je dorme un peu…
A 5h00 du matin, l’angoisse m’a réveillée, je me suis levée le coeur serré, pensant à mon Cälinou. Malgré la fatigue et le manque de sommeil je me suis préparée pour aller le chercher. Soudain j’ai entendu miauler au loin, comme si cela venait de la porte au fond du jardin. Mon coeur s’est arrêté ! Je me mets à courir car j’y crois ! Je reconnais sa voix ! c’est lui ! c’est sûr ! Je veux que ce soit lui à tout prix !
J’ai ouvert la porte et mon coeur a explosé de joie et j’ai pleuré de bonheur. Câlinou est entré en courant, m’a fait un gros câlin, a traversé le jardin à toute vitesse vers la maison et s’est jeté sur sa gamelle de croquettes, il a bu longuement et ensuite est allé se frotter à ses cinq compagnons qui l’ont reniflé comme un extra terrestre ! quelles étaient ces odeurs et parfums inconnus ? Il s’est installé confortablement dans le canapé et leur a raconté son épopée. Je l’ai observé, il faisait son fier car il a vécu mille et une aventures dans la grande forêt mystérieuse, il a vu plein de choses bizarres. Comme une panthère il a même chassé son gibier, d’ailleurs, il n’a même pas faim ! S’il a avalé un bol entier de croquettes c’était uniquement pour me rassurer !
Là bas, il a découvert des terres inconnues, fait des rencontres surprenantes dans les sous-bois, mais il n’a jamais eu peur hein ! c’est un vrai dur ! un tatoué ! il s’est même bagarré, comme en témoigne la belle estafilade qu’il lèche consciencieusement, et il fut victorieux évidemment.
Lors de la belle nuit de pleine lune il a même rencontré des lutins, très petits et très rigolos, et la fée Luciole, si jolie, tellement irréelle… Elle lui a confié un secret qu’il n’a pas le droit de divulguer, non ! non ! n’insistez pas, il a promis de ne rien dire et il joue de ses yeux dorés pour faire son mystérieux … quand il a terminé de leur raconter ses exploits de Câlinou des Bois, il revient vers moi, réclame encore des câlins, me fait tous les mamours et ses plus beaux ronrons puis va se coucher sur mon lit pour dormir longuement. Je l’ai regardé tendrement, avec un soulagement immense au point que je ne me lassais pas de le contempler. Je savourais mon bonheur.
C’était le jour de mon anniversaire, pouvais je rêver plus beau cadeau ?
Il n’a plus jamais cherché plus à fuguer, au contraire il est devenu de plus en plus casanier ! mais que lui a donc raconté cette jolie fée des bois ?

Photo Philippe C.

Publicités