Sur la route noire

Madouce 2013Sur la route noire je t’emmène MaDouce, ma tendresse, mon trésor.
Nous t’avons dit combien nous t’aimons et longtemps nous t’avons murmuré des mots doux.
Ce n’est pas facile de te dire adieu tu sais.
Sur la route noire je ralentis. Je voudrai ne jamais arriver. Je ralentis. J’essaie de retarder le dernier moment. Je ralentis encore.
Prenez votre temps me dit le vétérinaire. Oui je veux encore du temps avec toi, tes câlins, tes ronrons, t’entendre roucouler de bonheur.
Je ne veux pas te laisser. Blottie dans mes bras tu t’endors pour toujours. Je ne peux pas  te laisser. Je te garde contre mon coeur, je me dis que si je t’aime encore plus fort tu vas te réveiller et réclamer tes caresses. Je n’arrive pas à te laisser. Prenez votre temps me dit-on encore doucement. Je n’arrive toujours pas à te laisser.
Merci MaDouce, ma tendresse, mon trésor pour ces 17 ans de bonheur mais comme c’est dur d’y renoncer, d’entrer en acceptation. Je prie pour avoir la force.
Tu as fait de mon chéri un esclave de papouilles heureux. Son coeur triste a besoin d’un signe… Et lorsqu’il rentrera ce soir il me dira que sur le parking il a vu se câliner et jouer 2 chatons identiques à MaDouce et Kambouie qui t’attendait là haut…
Sur la route noire je suis rentrée sans toi MaDouce, ma tendresse, mon trésor.

Yoda et Câlinou te cherchent, la maison bien vide sans toi.

Cucul fleuri

Séville 2014Je la regarde se promener tranquillement dans le jardin, elle n’omet pas de respirer avec soin le parfum de chaque fleur, s’amusant à les frôler juste ce qu’il faut pour que ça fasse comme une caresse. C’est une épicurienne je dis.

Vient le moment inévitable où elle s’allonge dans l’herbe, offrant son corps au soleil. Je la sens toute douce et moelleuse et elle ferme les yeux de plaisir avant de s’offrir une petite sieste bienfaisante. D’instinct elle connait les bonnes choses de la vie, c’est sûr, pas besoin de lui apprendre, je suis fière d’elle.

Avant de rentrer à la maison elle va s’asseoir de longues minutes à l’ombre des buissons fleuris puis elle s’approche quêtant mes mots doux et mes câlins et lorsqu’elle daigne enfin entrer dans la maison, elle se tourne pour me montrer fièrement son magnifique cucul fleuri de l’indigo du Plumbago qu’elle sème en toute quiétude sur le lit où elle s’allonge avec un soupir de contentement et d’où elle me regarde en ronronnant.

Parfois je voudrai bien être un chat au cucul fleuri…

The Voice Cats

avril 2015 026Vous connaissez The Voice Kids ? Chez moi c’est The Voice Cats, concours vocal quotidien. Sans l’avoir vu je sais reconnaître immédiatement mon petit miauleur et je sais ce qu’il veut.

C’est ma faute. Au fur et à mesure que mes chats d’amour arrivaient dans ma vie je leur expliquais à quel point ils étaient bienvenus, leur garantissais amour, caresses, soins et gourmandises. Je leur assurais qu’ils avaient le droit de faire à peu près tout ce qu’ils voulaient, y compris le droit de s’exprimer. Ils m’ont prise au mot et ne s’en privent pas. Ils sont bavards, de vraies pipelettes. Il parait qu’un chat à qui on ne parle pas émet moins de miaulements que celui qui a l’habitude de communiquer avec son compagnon humain. Les miens sont bavards très beaucoup.
Ils savent très bien se faire comprendre, le plus souvent c’est « je veux des câlins pour moi tout seul » et comme j’ai promis des caresses à volonté, il faut que je tienne ma promesse car je suis une femme de parole ! J’ai aussi très souvent droit à « prends moi dans tes bras » ou « ouvre moi la fenêtre car j’ai la flegme de passer par la chatière » et aussi  « Soulève la couette pour que je puisse me pelotonner dedans ».
Vous imaginez le niveau de décibels quand ils décident de me faire la conversation tous les trois en même temps ? et ce que cela donne en été quand j’ai en fond sonore le chants incessant des cigales ?
Curieusement ils étaient moins bavards lorsqu’ils étaient dix (je pense à vous mes petits amours au paradis des chats)

Mes chatounets sont tombés fous raides dingues de mon amoureux dès qu’ils l’ont vu, et depuis qu’il est venu vivre avec nous c’est carrément concerto allegro fortissimo chaque soir lorsqu’il rentre.
A peine entendent ils la clé dans la serrure qu’ils émergent des couettes et couvertures où ils sont confortablement nichés, c’est alors à qui miaulera avec force vibratos et trémolos pour obtenir le papouillage royal qu’ils ont attendu toute la journée
Dès qu’il a posé ses dossiers, ils sautent sur le canapé et se mettent à roucouler sous ses mains (Parce qu’il faut appeler un chat… un chat ! je dois donc dire qu’il les papouille divinement bien. Mais bien évidemment vous avez remarqué que je le signale avec énormément de modestie) Ils se lancent également des regards de tendresse à faire fondre un bonhomme de neige pendant qu’il leur murmure des mots tendres et ils lui répondent par de petits mrroouu d’amour.

Je suis loukoumisée à chaque fois et je ne me lasse pas de voir leur affection. Je suis contente de le voir prendre la relève de la papouillation intensive le soir, parce que je n’ai que 2 mains et ça ne suffit pas…

Ah que ma vie de mémère à chat est difficile !

Papouille et tais toi

12413074874_c660688459_b

Avec les chats, pas le choix, faut papouiller, beaucoup papouiller, là derrière les oreilles et puis aussi sur le petit bidou et faut pas oublier le dos, vers la base de la queue également, ça le fait bien là aussi.
Quand il rentre du boulot mon amoureux n’a pas le choix, il est aussitôt envahi pas les chats qui l’attendaient, miaulant d’impatience. Pas la peine de rouspéter et de soupirer, ils n’y croient même pas une seconde, ils savent bien qu’il est tout content d’être accueilli aussi chaleureusement. Je le vois papouiller avec bonheur, en faisant semblant de râler.

Je suis un esclave me dit-il avec les yeux d’un homme heureux, ma vie c’est « Papouille et tais toi » … Et oui, moi aussi j’aime les papouilles, j’étais sûrement chatte dans une vie antérieure !

Lumière

ob_5078d5_lumiere-a-lassale-05-2010

Ma « filleule », l’adorable et douce petite Lumière jolie, ici photographiée dans son jardin.

SI timide, si craintive, elle a peur de tout le monde. Elle ne savait pas que les mains sont faites pour les caresses, alors, avec beaucoup de patience et d’amour, je lui ai appris. Elle aime ça « très beaucoup » !

Maintenant elle a déménagé et on ne se voit plus qu’une fois par an. A chaque fois, je vais dans le jardin pour l’appeler et quelques instants plus tard, Lumière arrive à fond de train A la grande surprise de sa maîtresse. Elle roucoule de bonheur (Lumière ! pas sa maîtresse ! ) elle se colle à moi pour venir me faire des câlins et pour que je la papouille.Tant de confiance et tant de tendresse, quel cadeau !…. Je fonds comme un loukoum !

Vous pouvez retrouver les commentaires publiés sur mon ancien blog ici