Sous le soleil… Exactement !

Et voilà le travail… !

LadyElle fatiguée d’avoir pondu ce long billet
a besoin de fraicheur au plus chaud de l’été… 😀

Ecroulée sur un matelas
Le nez sur la radio
Qui répète qu’il fait chaud
pas envie d’travail
Je reste couchée, Je déraille
Tous les jours c’est pareil
Faut que je me cache du soleil

Il fait chaud. Faire attention au soleil
Il fait chaud, Et tous les jours c’est pareil

Echanger les cigarettes, Allongés sur le dos
Tout parait moins honnête sous l’soleil d’Bornéo
Tu joues tequila, tu bois et tu bois
Ça me fait vraiment mal de t’voir dans cet état

Il fait chaud. Faire attention au soleil
Il fait chaud, Et tous les jours c’est pareil

Et toujours cette chaleur, sueur qui colle à la peau
Dormir à la même heure, boire les mêmes sirops
Traîner à petits pas, moiteur et tequila
Ça m’fait vraiment mal de m’voir dans cet état

Il fait chaud, Faire attention au soleil
Il faut chaud, Et tous les jours c’est pareil

Je peux plus travailler
Peur d’avoir la peau brûlée
Rester sous sommeil
Sous la morsure du soleil

Il fait chaud.  Faire attention au soleil
Il fait chaud, Et tous les jours c’est pareil

Abreuvée d’coca
Ecroulée sur un matelas
Tous les jours c’est pareil
Faut que je me cache du soleil
Il fait chaud, Faire attention au soleil
Il fait chaud, Et tous les jours c’est pareil

Publicités

Je veux tout

Voilà, voilà, voilà…. Je savais bien que ça arriverait… En ce moment je suis en mode Je- veux-tout.

En fait je ne veux rien, mais en vrai je veux tout, mais sérieusement je veux tout et rien, mais enfin! Que m’arrive t-il ? On dit que souvent femme varie, moi en ce moment je fais les montagnes russes dans ce domaine, j’oscille entre tout et rien mais aussi entre rien et tout. J’ai heureusement tendance à pencher avec bonheur vers rien mais parfois, je ne sais pas pourquoi je vire dangereusement vers tout.
Pfiouuuu ! Suis fatiguée moi ! Vacances ? Qui a dit ça ? Que le provocateur se dénonce immédiatement, pour punition il n’aura rien du tout. Na !

Bon, donc je disais qu’en ce moment ma touche je-veux-tout reste obstinément enfoncée, la fonction est enclenchée.

Je veux vivre sur une planète heureuse, la liberté dans l’amour, l’amitié avec la solitude, le soleil sous la pluie, la fraicheur sans la clim, le vrai pain sans le gluten, les vacances sans le travail. Je vous assure, je veux vraiment tout.

Vous voulez la preuve que je veux tout ? Moi qui ai horreur de faire les magasins et encore plus en période de soldes j’ai fait flamber la carte bleue. Si ça ce n’est pas la super méga preuve que je veux tout hein ! Je veux tout dépenser en soldes, mais sans rien faire, ne pas mettre du tout un pied dans un magasin, je n’aime pas ça, je n’aime pas, je n’aimeuuuh pas ça du tout ! (je précise au cas où vous n’auriez pas tout capté ou rien compris à mon charabia)
Puisque c’est une période où je veux tout, j’ai follement eu la folle envie des soldes, mais sans faire les soldes (Il parait qu’il y en a qui veulent le beurre et l’argent du beurre ? ) Je suis sagement entrée en acceptation et je suis arrivée un peu trop facilement grâce à internet à remplir mon armoire de T.shirts supplémentaires commandés au cas où j’en manquerai. Oui parce qu’une étagère déjà pleine ce n’était pas du tout assez, je veux tout j’ai dit !

J’espère que demain je n’aurai pas du tout une grosse envie de diamants hein ! Quoique… Il ne pourrait rien m’arriver de meilleur que de ne pas être sage du tout.

Bien que je paraisse compliquée, j’ai comme l’impression que tout cela pourrait se passer de commentaire.
Ou alors faudrait que je vous explique tout bien comme il faut mais ce n’est pas facile quand il n’y a rien à dire.
Ou alors faudrait que je vous fasse un petit dessin de rien du tout.
Ou alors que je me fasse psychanalyser pour pouvoir vous pondre un bon pavé explicatif.
Ou alors je peux aussi vous inviter à visionner cette sympathique et courte vidéo où tout (enfin presque) est dit.
Le vide je vais le remplir…
Je veux tout, tout de suite et ici… 

Ce qui me rassure c’est qu’il parait qu’avec le temps, va, tout s’en va
J’attends tranquillement le moment où ma fonction je-veux-tout sera désactivée. Voilà, voilà, voilà…

 

Envoutée

voixC’est le premier mot qui me vient à l’esprit… « Sexuelle », oui c’est ça. J’aime quand elle est sensuelle et chaude, enveloppante, vibrante. Quand elle devient séduction, le timbre de la voix devient torride. Il est des intonations qui font chavirer les femmes… Enfin, moi en tout cas !

Une voix basse et incroyablement profonde pour chanter et enchanter les femmes me transporte dans un monde de sensualité; Je ne sais pas pourquoi, mais c’est comme ça.

Un peu le genre de Barrence Eugène Carter voyez vous, plus connu sous le pseudo Barry White, qui ne se gênait pas pour chanter les femmes, l’amour et le sexe langoureusement.  De plus, j’aime les hommes aux cheveux longs (quand ils sont bien assumés) Bon sa barbe, même si Barry la portait bien, c’est pas mon truc, mais je lui pardonne parce que sa voix de velours me fait vibrer.
Ainsi Léonard Cohen chante maintenant avec une belle voix grave qui me fait frissonner…Il ne lui manque plus que les cheveux longs…

Ah le pouvoir de la voix sur les femmes. Il suffit d’une voix de basse, profonde qui murmure à l’oreille les mots choisis, et puis moi j’aime la Soul, alors quand tous les ingrédients du cocktail sexy sont là, comment résister ? Ben… Je ne résiste pas… La sensualité et la volupté qui peut se dégager de certaines voix me laissent un souvenir prégnant toujours aussi agréable. Vous l’avez compris, faites moi écouter Barry ou Léonard et je suis sous le charme, je suis perdue…

Ca commence à me plaire

IMG_0230Cette sensation tant attendue de printemps imminent.
Le soleil enfin me réchauffe, les oiseaux de la forêt m’enchantent, les merles se répondent en écho et je sais que la musique du rossignol ne saurait tarder.
J’ai de nouveau plaisir à m’asseoir sur ma pierre au soleil, voir mes chats arriver en courant et s’étaler sur mes genoux ou autour de moi.
Envie de penser à rien et savourer toute la vie contenue dans chaque seconde. Voir les soirées s’allonger, devenir douces et me laisser envahir nonchalamment par cette mélancolie tendre, apaisante, par la nostalgie des beaux jours… et continuer à aimer la vie malgré tout.

A la vie, à l’amour
Que ces moments-là restent en nous pour toujours
A l’amitié, aux beaux jours
Qu’ils éclairent vos parcours
Bonne route et à demain
Que rien ne sépare jamais nos chemins

Bonne chance et prenez soin
Du monde autant que de vous
Au bonheur, au plaisir
Que le cynisme jamais ne vous abîme
A la musique, à nos rires
Qu’ils sachent nous réunir.

Que vous appreniez d’hier, que les traces
De vos pères jamais ne s’effacent
Que la santé vous garde
Et que des enfants
Vous chantent un jour
A vous rendre sourds

A la vie, à l’amour
Que ces moments-là restent en nous pour toujours
A l’amitié, aux beaux jours
Qu’ils éclairent vos parcours
Bonne route et à demain
Que rien ne sépare jamais nos chemins
Bonne chance et prenez soin
Du monde autant que de vous

Que vous posiez votre pierre à la tâche
Votre jolie lumière, votre grâce
Soyez curieux, ne cessez jamais d’apprendre
Voir, écouter, sentir, entendre.

A la vie, à l’amour
Que ces moments-là restent en nous pour toujours
A l’amitié, aux beaux jours
Qu’ils éclairent vos parcours
Bonne route et à demain
Que rien ne sépare jamais nos chemins
Bonne chance et prenez soin
Du monde autant que de vous
Au bonheur, au plaisir
Que le cynisme jamais ne vous abîme
A la musique, à nos rires
Qu’ils sachent nous réunir

A la vie (J. J. Goldman pour P. Fiori)IMG_0229