Grosse fatigue

iphone janvier 2013 018J’ai juste envie de rester scotchée au canapé, enveloppée chaudement dans ma douce couette et devenir moelleuses (oui la couette et moi, donc avec un « s »), Je prendrais soin d’y faire des petits creux pour que mes chats d’amour puissent venir s’y lover.
Je crois que c’est une bonne idée !
Bien évidemment impensable de ne pas me préparer une délicieuse tasse de thé vert avec, soyons complètement fous, une grosse cuillère de bon miel, qu’en pensez vous ?  hmmmm… Oui c’est décidé, aujourd’hui ce sera thé avec miel !

Et puis ouvrir un bon livre, lire un moment, le poser, caresser mes chats, fermer les yeux, somnoler, regarder à travers la fenêtre la soirée s’installer doucement, rêver encore un peu, et encore un peu, et encore beaucoup. Ne pas répondre au répondre au téléphone, cela va de soi mais continuer à buller, ça aussi je pense que c’est bien !
Surtout trouver mille prétextes pour repousser le moment de me lever, Je trouve toujours, ce n’est pas difficile. Je sais que je vais quand même finir par aller me préparer une autre délicieuse tasse de thé avec du miel car je n’y résisterais pas, mais je sais aussi que je retournerais très vite me couler au fond du canapé.

Oui, oui, oui, c’est comme ça qu’il faut que je fasse aujourd’hui. Allez ! Je m’y mets tout de suite, et hop !

Publicités

Tournicotage

 

IMG_0210Moi je sais tournicoter. Eh ouais !

Il y a parfois des nuits de tournicotage intensif dans ma vie.
Je tournicote sur le ventre, puis sur le dos, également à droite, à gauche, c’est tout juste si je ne fais pas la chandelle, et tout ça sous la couette siouplé !
J’ai la tournicotation first class dans les globules, ne me félicitez pas, je n’ai aucun mérite, c’est naturel pour moi.

Très jeune, je ne m’endormais pas facilement mais heureusement déjà j’adorais lire et je tournicotais moins car je me camouflais sous les draps avec une lampe de poche, pour lire jusqu’à plus soif, choisissant les livres les plus gros et râlant lorsque le pavé que j’étais en train de lire arrivait à sa fin.
Moins jeune (mais pas vieille hein ! ) je ne me planque plus pour lire jusqu’à pas d’heure, la lumière ne gênant pas mon amoureux, mais il faut bien que j’éteigne à un moment où à un autre, espérant m’endormir pour être en forme pour aller bosser. Ben non ! Je tournicote. Je ne veux pas mais c’est à « l’insu de mon plein gré » ((c) Richard Virenque – all rights reserved).

Pour poser mon livre j’attends le moment crucial où je sens enfin le sommeil pointer le bout de son nez. Vite, vite, j’éteins la lampe, je me cale bien douillettement dans mon oreiller pensant m’endormir rapidement et qu’est ce que je fais ? Je tournicote !
Et en plus il y a des nuits (je devrais dire des matins très tôt) où j’en suis encore et toujours à tournicoter, je me retourne comme une crêpe dans mes draps et une crêpe au petit matin ça n’a pas bonne mine !

Pourtant Je ne ressasse pas de pensées lugubres car j’ai appris à ne plus ruminer. Oui bon, ça m’arrive, c’est vrai, mais je sais vite changer mon mode de pensée.
Je laisse vagabonder mon esprit, le rappelant à l’ordre s’il s’égare sur des nuages gris qui n’ont même plus raison d’être et lors de mes divagations j’ai parfois souvent des pensées incongrues ou des images bizarres qui apparaissent et c’est souvent très rigolo. Comme je me demande ce que ma petite cervelle va créer, je laisse faire mon cerveau pour tester et voir jusqu’où il va m’emmener, vers quelles contrées imaginaires et surréalistes il m’emportera et c’est parfois très surprenant. C’est fou ce qu’un cerveau tournicoteur peut faire voyager une grande tournicoteuse comme moi.

Mon amoureux s’endort en 2 secondes (et même moins), je ne peux même pas frimer puisqu’il ne se rend pas compte qu’il vit avec une super chouette tournicoteuse de compet’.

Au chaud

photo internetJ’ai froid me dit une petite voix
Moi aussi j’ai froid me lance une seconde voix suivie aussitôt par une troisième.
Puis mon amoureux me fait savoir qu’il n’a pas vraiment chaud non plus.
Allez, chocolat chaud pour tout le monde et DVD sous la couette ? lancé je follement !
Ouiiiiiiiiiiii !
J’en profite pour négocier un deal (Un peu folle je suis, mais pas complètement hein !) Ok, ça marche si vous rangez un peu vos chambres pendant que je prépare le chocolat chaud. Tout mon petit monde se précipite sur les jouets à ramasser (Yessss ! )
Moi je regarde fondre lentement le chocolat, J’ajoute petit à petit le lait crémeux, je touille, je ne précipite rien, juste pour le plaisir de faire durer le temps. Ca sent bon.
C’est prêt !
On investit les canapés et fauteuils, on s’emmitoufle dans les couettes, je distribue les bols bien chauds et parfumés, les chats arrivent aussitôt et se font d’autorité une petite place entre nous, quêtant nos caresses prodiguées avec abondance. On démarre le DVD, j’oublie de regarder, car en ce moment le plus beau film que j’ai sous les yeux, c’est mon amoureux, ses enfants et mes chats bien au chaud…

Travail d’équipe

ob_d5333b02b89db4047e644185527a5cf3_photos-chats-2013-008

Lorsqu’il fait froid dans mon sud en hiver (et oui, incroyable, mais ça arrive ! ) je prends la courageuse décision de remettre la couette sur mon lit. Si je dis « courageuse décision » il faut au moins que je vous explique pourquoi…

Pour commencer, je sors l’escabeau… escabeau qui se trouve au fond du garage… garage qui n’est pas chauffé… Arrrgh ! Ensuite, je grimpe tout en haut du placard et je sors la couette (du duvet d’oie n’est ce pas, parce que je le vaux bien ! ) ainsi que la housse idoine, puis je prends un long moment d’intense concentration, je réunis tout mon courage, je respire un bon coup et je me lance dans l’aventure.
Je précise que c’est une couette king size, et moi je suis un petit modèle….. mais il me faut un grand lit car j’aime m’étaler dans mes draps, m’étendre ; telles les aiguilles de mon réveil je tourne dans mon lit, j’envahis l’espace, je me roule avec volupté dans la soie (bon c’est du coton, mais je fais comme si !)

Enfin, j’ai attrapé la couette, je me lance….. et voilà, ce que je redoutais (mais que j’attendais avec impatience quand même ! ) : ils arrivent !
Tout d’abord ma Clio qui déboule en courant ! Je ne sais pas comment elle le devine, mais, même si elle est à l’autre bout du jardin, elle surgit à fond de train pour me donner un coup de main. Elle est toujours la première, et ne raterait ça pour rien au monde : elle sait que sa môman à grand besoin d’aide. Quelques minutes plus tard, une armée de chats fous de joie arrive à toute vitesse pour m’aider eux-aussi à mettre la grannnnnde couette dans la grannnnnde housse ! Pfiouuuuuuuuu rien que d’y penser, je suis déjà fatiguée…

Allez, courage, je dois enfiler la couette dans la housse. Je ne sais pas comment je fais, mais me voilà bientôt à 4 pattes DANS la housse AVEC mes cinq chats ! c’est le grand bazar et le grand bonheur ! ils adorent m’aider à changer la housse de couette. C’est un rituel.
Je vous laisse imaginer qu’à chaque fois que je change la housse, je réfléchis à deux fois avant de me lancer !
Je ne peux même pas m’enfermer dans ma chambre pour pouvoir m’épuiser toute seule à enfiler cette couette car je n’ai pas de porte (mon château nécessite quelques travaux et puis je l’avoue, sans eux ce ne serait pas pareil ! )

Alors j’entre sagement en acceptation. Oui je sais, de toute façon je n’ai pas le choix mais j’ai envie de me faire passer pour un « grand sage ». On fait les fous, ça rentre et ça saute dans la couette, ca se roule de bonheur dans tous les sens, je finis même par me perdre moi aussi là-dedans.
Je râle, juste comme ça, mais on fait aussi des câlins et des papouilles, faut pas croire… Malgré tout, je ne perds pas le nord (enfin si, je l’ai perdu car je ne sais plus où je suis avec tout ce tissu et ces chats), je cherche quand même les coins pour pouvoir les assembler et 48 minutes plus tard, youpi ! j’ai enfin enfilé cette sacrée couette dans cette sacrée housse !
Certes, je vois bien alors que le drap est à l’envers, l’étiquette bien visible, mais pour cette fois (comme à chaque fois), je fais comme si de rien n’était, de toute façon, le pastel j’aime bien aussi.
Maintenant, il y a bien moelleusement installés sur ma couette des chats heureux ! je prends le temps de les regarder, ça les fait ronronner et je me sens bien….

Bien sûr, pour changer les draps et les couvertures, c’est pareil, c’est un vrai « travail d’équipe » ils adorent aussi, mais ça me prend quand même moins de temps !

Je suis sûre que je ne suis pas la seule à être dans ce cas ?

Je peux donc aller faire un tour à la salle de bain, passer ma nuisette en envisageant avec délices le moment où je vais me glisser sous ma couette bien méritée, imaginant à l’avance, après la fraicheur première des draps, la douce chaleur qui va envahir petit à petit mes pieds et se propager à tout mon corps. Je retourne dans la chambre et que vois je ? la place est déjà prise ! ils sont tout les cinq couchés sur MA couette, avec un air bienheureux et satisfait……… Moralité : je retourne dans la salle de bain pour enfiler un pyjama bien chaud !

Vous pouvez retrouver les commentaires publiés sur mon ancien blog ici