Devant la Croix

IMG_0087Entendre pleurer mon coeur et ne plus bouger,
l’écouter souffrir et ne pas pouvoir prier
serrer les poings et respirer difficilement,
la gorge nouée, les yeux fermés
Reconnaitre la douleur et tomber lentement
Pour m’agenouiller devant la croix

Laisser couler le temps et puis enfin tout dire, crier en murmurant
Entendre mon coeur qui s’apaise
Savourer mes solitudes et partager mes silences
Sentir quelque chose de tendre en moi.
Me prendre un coup de printemps dans la gueule
Sourire, ouvrir les yeux et me relever
Debout devant la croix

Publicités

Mon mec à moi

_DSC4497Mon mec à moi, il me parle d’écriture, les livres brillent dans ses yeux, il pourrait y passer sa vie. Il parle des nouvelles technologies et de politique, d’idéal et d’humanité, il parle aussi des chats et de gros câlins, puis il me dit qu’il veut aussi un chien !
Tellement fatigué par sa journée, tellement concentré sur ses pensées, mon mec à moi il n’écoute pas ce que je lui dis…
Mon mec à moi il me parle d’aventure, de ses rêves les plus fous et de nous pour la vie.
Tellement passionné par ses projets, tellement emporté par mille idées, il parle de voyages et d’une planète à visiter.
Il m’offre des macarons et me fait des surprises. Il prépare mon petit déjeuner et j’aime quand il vient me réveiller.
Mon mec et moi…

La rage au ventre

taikoAvril 2008, je suis au Japon. J’ai visité des lieux merveilleux du nord au sud. Les temples, les jardins, les atmosphères, les onsens, les parfums, Les sakura, les saveurs…  J’ai fait le plein de calme, de zenitude, de thé vert, de nuits futonesques (Aïe ! ) J’en ai pris plein les mirettes et plein le coeur. Maintenant retour à la civilisation. Les derniers jours de mon voyage sont réservés à Tokyo. Cette ville gigantesque est surprenante et fascinante, je veux tout voir de cette mégapole. Faudra que j’y retourne, c’est sûr…

J’ai depuis longtemps envie d’assister à un concert de Taiko car j’aimais déjà les entendre et les voir à la télévision, alors j’imagine qu’en vrai ce doit être très-beaucoup-plus-mieux-bien.
Quand je dis que j’ai de la chance, c’est vraiment vrai. Un concert est prévu demain à l’Opéra. Vite prendre un billet en espérant que ce ne soit pas complet. Je me mélange très vite les kanji alors je fais intervenir mes amies Yumiko et Midori qui, depuis Kyoto, arrivent miraculeusement à me trouver un billet qui m’attend à la conciergerie de mon hôtel. Elles sont fortes mes copines !

Le lendemain soir j’arrive à trouver l’Opéra de Tokyo,  et croyez moi, c’est déjà pas mal car le sens de l’orientation et moi…. Euh ! Comment dire ? … En fait ça ne se dit pas quoi !
Je m’installe, j’admire les wadaiko qui attendent leurs musiciens dans la pénombre de la scène, et  j’observe les japonais autour de moi et leurs façons de se comporter, c’est très intéressant.

Puis la salle s’assombrit et la scène apparaît en pleine lumière, les tambours sont encore plus beaux. J’entends une présentation en voix off en japonais, puis, fort heureusement pour moi, également en anglais, le concert commence et l’incroyable s’accomplit.

Au fur et à mesure des prestations des différents artistes sur les daikon et différents tambours, le concert monte en puissance au même rythme que les émotions enfouies se frayent un chemin en moi. J’en ai des frissons et lorsque les deux magnifiques taikomen entrent en action sur leur immense tambour cela me prend aux tripes.
D’énormes colères intérieures enfouies bien profondément cherchent à s’exprimer et j’ai la rage au ventre et l’amour au coeur. Mes larmes resteront en attente bloquées par je ne sais quelles barrières, mais je vibre. Mon corps entier est en vibrations, il est tout à la fois en violence et en douceur. J’en tremble. Je suis l’homme et le taiko, je suis le son et l’air, je suis la lumière et l’invisible. Je suis l’amour et la peur, je suis la poussière et l’infini. Je suis vie et je suis musique. Je suis prière et enchantement. Les pieds sur terre, ancrée devant le tambour géant, ma sensibilité cognant de toute sa force la peau tendue du taiko, et la tête levée vers le ciel, l’âme en bandoulière…

Taiko1

Cher voisin

phone juillet 2013 274La maison à coté était vide depuis quelques petits mois. Je me doutais que de nouveaux locataires viendraient y vivre. C’est fait, ils ont emménagé cet été.

Mon nouveau voisin et sa compagne ont l’air sympa, ils ont une jolie petite fille qui doit avoir 3 ans. Ils se sont mariés cet été dans la Creuse, ils sont courtoisement venus me prévenir qu’ils allaient fêter l’évènement, il y aura un peu de bruit vendredi soir.
Pas de problème, un mariage ça se fête. Toutes mes félicitations chers voisins, que le bonheur soit avec vous.

Ce que je n’avais pas compris, c’est que la fête durerait presque une semaine. Mais ça rigolait, ça chantait, la musique n’était pas trop violente, c’était la fête et ça me faisait plaisir pour eux. J’aime quand les gens sont contents, ça me réjouit le coeur.

En fermant bien toutes les portes et fenêtres, que j’aurais pourtant voulu laisser ouvertes la nuit pour faire entrer un peu de fraîcheur après une journée brûlante, le bruit était tout à fait supportable. La grande fête, l’apothéose, a eu lieu le vendredi jusqu’à 5h du matin. Mon amoureux et moi étions plein d’indulgence, nous comprenions qu’ils aient envie de fêter ça comme il faut.

Je sais, je suis géniale, je suis supra cool, je le reconnais. Malgré mon évidente modestie très évidente, je l’avoue, je suis une voisine super sympa….
Ok, ok, ! je sais j’exagère un peu, mais vraiment un tout petit peu. C’est vrai, j’ai quand même râlé. Oh un petit rouspétage de rien du tout. Un peu à cause du bruit durant 5 jours et 6 nuits, je tiens à être précise, et beaucoup à cause des odeurs de cigarette car malgré le mur de 2 mètres que j’avais fait construire entre les deux terrasses quelques années auparavant pour remplacer le grillage indiscret, les odeurs de cigarette et la fumée des barbecues se faufilent systématiquement et sournoisement et vont jusqu’à entrer perfidement dans ma maison. C’est que les molécules sont opportunistes, ça se croit tout permis vous savez !

La cigarette m’écoeure, ça me donne envie de …. beurk et si je vous avoue que je suis émétophobe vous aurez compris…. C’est aussi la migraine assurée et j’ai généreusement donné dans ce domaine, je ne tiens pas à en subir davantage.

J’ai patiemment attendu sans pouvoir profiter de ma terrasse et des belles soirées d’été. Cette terrasse où j’aime déjeuner et diner, aller me reposer, m’asseoir un moment sur ma pierre pendant l’heure bleue qui m’est si précieuse, pour méditer, regarder mes chats autour de moi.  Tiens parlons des chats ! J’ai pris ma Clio Jolie d’Amour dans les bras pour un tendre câlin le nez dans sa douce fourrure….. beurk ! Elle fume en cachette la vilaine ? Je lui fais la morale, elle me regarde avec ses doux yeux innocents. Je la crois, elle ne ment jamais.
Le linge qui sèche doit fumer également… Il y a des choses bizarres dans ce pays !

La fête s’est enfin terminée. Le calme semble revenu, le parfum de la garrigue devrait être là aussi, mais…. Et oui, faut bien qu’il y ait un mais

...Mais, mon voisin est un gros fumeur. Aïe ! Ca s’annonce mal. Tous les jours tout le monde a envie de passer du temps, de déjeuner et diner sur sa terrasse. J’ai droit au fumet horrible de ses cigarettes pendant mes repas, mais pourquoi le vent pousse les odeurs vers ma terrasse et pas de l’autre côté ? Pourquoaaaa ? C’est peut être comme les moustiques ? Je les attire comme un aimant. Peut être que j’attire aussi la fumée de cigarette ? Serais-je capable de choses insoupçonnables… Trop forte je suis !

Mais (deux c’est mieux qu’un seul)  presque chaque jour il utilise un engin qui fait un bruit style moitié perceuse, moitié roulette du dentiste. Ah ! Je vous sens frémir d’horreur en ayant lu le mot dentiste, c’est abomifreux n’est ce pas ? Pendant des heures il use et abuse de ce truc-machin-chose au bruit perçant. Je ne sais pas ce qu’il fait, mais il le fait sur la terrasse en fumant ses cigarettes. La totale quoi ! Pôvre de moi !

Je me dépêche de fuir, je m’enferme en plein été pour ne plus sentir et ne plus entendre.

Cher voisin, fais attention, Ecoute ! On a de la chance, ça en vaut la peine…
Cher voisin, lâche cette cigarette qui empoisonne ton corps et ma vie, respire ! Le bonheur c’est si tu veux, et tu peux !

Je vais aller lui demander de baisser le son de son outil et essayer de lui glisser un mot sur la fumée de ses cigarettes. Ca va être difficile, il a le droit de fumer chez lui.

Mais (oui, encore un ! ) Parce que je suis une voisine géniale et sympa s’il ne comprend pas je sors le bazooka…

Ecoute !

soleil

Mon amoureux est loin de moi.

Je lui manque, il me manque….. Il m’appelle au téléphone, nous sommes contents de nous retrouver. Il me raconte sa matinée, puis il me dit « écoute ! » et j’entends la pluie, ça tombe fort ! « tu entends ? c’est le bruit de la pluie ! »

– Oui, j’entends bien, il pleut vraiment beaucoup, c’est le déluge !

Il me décrit cette pluie, abondante, puissante et bruyante.

A mon tour, je luis dis « moi aussi j’ai quelque chose à te faire entendre, écoute attentivement » 5 secondes plus tard je lui demande « alors tu as entendu ? »

– Non rien ! je n’ai rien entendu ! qu’est ce que c’est ?

– C’est le bruit du soleil !

Retrouvez les commentaires publiés sur mon ancien blog ici

Photo : Ph.C (license CC)