Essentiel

P1020595Apprendre à lire fut pour moi une grande joie, une compréhension supplémentaire et primordiale de ce monde qui m’entourait et que je voulais connaître, comprendre et dont je voulais fortement faire partie. Une indépendance essentielle.

Je suppose que je devais avoir autour de 5 ans. Nous étions en voiture, arrêtés à un feu rouge. J’ai vu quelque chose écrit sur une devanture et j’ai essayé de décrypter mon premier mot toute seule. Lorsque j’ai découvert que les syllabes devenaient un mot qui désignait ce que je voyais, je me souviens avoir mis au moins 10 secondes pour comprendre que quelque chose de concret venait d’arriver et j’ai eu une grande révélation. Si je savais lire celui là, alors je pouvais lire tous les autres. J’ai ressenti, je m’en souviens encore très nettement, une joie absolument phénoménale, car soudain le monde m’appartenait. Désormais je pouvais savoir….

Ce premier mot, lu comme une grande, en dehors de l’école, fut « restaurant ». Etait ce un message ?
Il faut croire qu’il était prémonitoire ou devait avoir une influence car, vous commencez à me connaître un peu, la grande gourmande que je suis continue depuis à se goinfrer de lectures… Et de gourmandises. Quoi ? Qui a parlé de macarons ? Oui, Oh oui ! J’avoue, encore et toujours, mais avec parcimonie, les délicieux macarons sans gluten de chez Cabiron (qui ne m’a toujours pas adoptée, mais je vous tiendrais informés dès que ce sera fait, c’est promis).

Et si ce premier mot avait été astronaute ?… Je vous écrirais depuis Procyon ou Altaïr !

Publicités

Et après ?

Printemps 2015La petite fille a levé vers moi son joli petit minois et m’a demandé en souriant « Ca y est ? Il n’est plus mort ton papa ? Après tu viens jouer ! »

Après ? C’est la vie qui continue, le coeur en amour et en paix …

Et songe qu’au printemps, l’hiver sert de passage
Qu’un profond calme suit l’orage
Et que la nuit fait place au jour
P. Corneille

J’ai emporté son sourire…

A Djerba la Douce, en 2004, je pars en vacances avec des amis. Nous prenons du bon temps, on devient dorés comme des brugnons, les « gazous » draguent les « gazelles », la vie est belle, nous n’avons que l’embarras du choix entre plages, excursions et visites… nous nous vidons la tête des soucis, de la vie quotidienne, de la France. C’est la détente et l’insouciance, on nage, on rigole, on court.. on a envie de croire que la vie est belle et on y arrive ! nous marchons beaucoup et j’aime me fondre dans la foule, parler avec les gens du pays, écouter les mots que je ne comprends pas,  voir toutes ces couleurs, happer par-ci par-là les parfums des épices,  boire un bon thé à la menthe avec mes potes, à l’ombre d’une jolie terrasse, parler de tout et de rien. Je me sens bien et je réalise à quel point j’ai de la chance. Cette petite semaine de vacances va me faire un bien fou, j’en suis sûre mais j’étais loin d’imaginer à quel point !

Par une belle journée de soleil, nous décidons d’aller nous balader au gré de nos envies, Nous savons que rien n’est anodin, et nous irons là où le vent nous mènera. Nous passons devant un centre spécialisé pour enfants qui nous semble bien modeste et nous décidons d’aller faire un don. Le directeur nous reçoit, il tient absolument à nous faire visiter l’établissement qui est plus que sobre et qui manque visiblement d’équipements adaptés. Il nous entraine fièrement vers une salle de classe où un professeur spécialisé essaie d’aider les enfants. J’écoute son discours mais très vite je lâche prise car un petit garçon d’une dizaine d’années assis sagement à son bureau devant moi attire de suite mon attention.

Nous nous « regardons » pourtant son regard est presque vide. Je me sens mal à l’aise. il ne détourne pas la tête un seul instant et je ne comprends pas ce qu’il essaie de dire avec ses yeux. Son visage quasi inexpressif se veut de plus en plus insistant, et moi je reste bêtement plantée là, à le regarder en me posant plein de questions.

Soudain, il s’agite, et dans un grand geste désordonné il lance maladroitement sa main par dessus son bureau, la paume ouverte et il attend.
Je ne comprends pas pourquoi sa main est là pendue dans le vide, à quelques centimètres de moi, je ne sais pas quoi faire, ni quoi dire, mais il est figé, il garde obstinément sa main comme ça et moi je suis toujours plantée là…

Tout d’un coup, j’ai une pulsion et je lui prends doucement la main et là, le choc ! son visage inexpressif prend vie, il me sourit ! mais je veux dire : il me sourit vraiment, du plus profond de son âme.  Tout son visage s’illumine, ses yeux deviennent joyeux. Il paraît véritablement content car il se met à rire et il semble heureux. Une joie authentique émane de ce petit garçon qui me remplit le coeur d’une forte émotion. Je réalise soudain que je reçois plein d’amour. Je ne saurais pas comment l’expliquer, mais c’est très fort ! je ne m’y attendais pas, et  je suis tellement bouleversée que je me prends aussi une bonne paire de baffes émotionnelles ! J’ai besoin de quelques instants pour entrer en acceptation de toute cette émotion, puis à mon tour je suis enfin capable de lui sourire et son regard heureux me transperce le coeur. Je tremble un peu, j’hésite entre les larmes et la joie, je suis complètement désemparée. Puis il faut se dire au revoir, je marche à reculons et lui fais des signes en partant. Jusqu’au dernier moment, il ne me lâchera pas des yeux.

Lorsque j’ai quitté l’établissement j’ai emporté son sourire. Puis j’ai eu honte ! moi l’étrangère, moi la bien portante, moi qui n’ai pas tendu la main la première…

Photo : Philippe C.