Au voleur !

On m’a volée ! Regardez mon oeil à la fois triste et courroucé (Oui, moi je peux faire les deux à la fois).
D’habitude j’ai l’habitude d’être habituée au meilleur donc je n’arrive pas à m’habituer à moins bien et moi j’ai l’habitude qu’on ne me vole pas.

On m’a spoliée, voui (voix dramatique) je n’aime pas ça du tout (voix furieuse) et je me sens malheureuse (voix déprimée)

Kisséki m’a pris mon printemps adoré ? hein ? qui ?

Parce que passer directement de l’hiver à un été précoce avec un thermomètre qui affiche 28 degrés et un soleil de plomb en plein mois de mars… mmmouais, bon, je ne vais pas faire la difficile, je tolère parce que je suis gentille donc pourquoi pas.

Mais passer en 24 heures d’un été précoce à un regain d’hiver avec 8 petits degrés en avril, sans oublier la pluie, la grêle et toussa, toussa, là je dis non; pas d’accord, pas acceptable.

Qu’on me rende mon printemps bien aimé, avec ses douces soirées, les explosions de fleurs et les valses des papillons. Mais qu’on me restitue le parfum de mon chèvrefeuille et mon heure bleue quand je m’assoie le soir sur ma pierre dédiée. Qu’on me laisse savourer le chant du rossignol la nuit.

Mais, que ce passe t-il, le temps semble se radoucir ? Je vais enfin avoir mon précieux printemps ?

Que nenni ! Me voilà d’un coup en plein été, j’ai eu droit aujourd’hui à un bon 32 degrés un 15 mai, le soleil a cuit mon basilic qui dans son pot ne rêvait que d’un peu d’eau fraiche et de tendresse…. Pfff

Je veux mon printemps ! Je le veux, je le veux ! (tapage de pieds par terre) Nonmého ! car la frustration ne me sied pas au teint et puisque c’est comme ça, j’ai envie de bouder moi ! je me mets en mode « boudage » et voilà, na !

Harcelée

DSC05125.jpg
Cliquez sur la Photo pour voir la galerie de Philippe Castelneau

C’est un été de feuilleton.

Harcelée de soleil et de chaleur je devrais me dévêtir, révélant mon corps de rêve, et me diriger à pas mesurés, comme un félin, vers le bleu azur de la piscine et laisser très lentement ma silhouette parfaite pénétrer l’eau fraiche, me retourner 2 secondes dans un mouvement sexy, ma chevelure ondoyant au ralenti comme dans les publicités, darder mon regard de braise vers l’homme qui a fait de moi sa reine, puis disparaitre sous l’eau pour en ressortir ruisselante et rafraichie. Ensuite je resterais immobile un instant, laissant briller sous le soleil chaque goutte, comme des petits diamants, sur ma peau dorée, je marcherais sensuellement vers lui sans le quitter des yeux, me pencherais très lentement, lèvres entrouvertes et lui murmurerais à l’oreille des mots à faire exploser le thermomètre. La zone d’alerte est déclarée, c’est la canicule entre nous…

Dans l’épisode suivant, harcelée de soleil et de chaleur, je ruisselle c’est vrai, mais de transpiration. je n’ai même pas la force de lever mon petit corps dodu du canapé pour monter la puissance du ventilateur, alors trouver un terrain, l’acheter et aller creuser pour construire la piscine qui accueillera ma fabuleuse personne, à en faire devenir fous, bien évidemment, tous les beaux gosses de France et de Navarre, ce n’est pas pour tout de suite hein ! Faudra attendre l’épisode suivant…

Un été de feuilleton j’ai dit !

Sous le soleil… Exactement !

Et voilà le travail… !

LadyElle fatiguée d’avoir pondu ce long billet
a besoin de fraicheur au plus chaud de l’été… 😀

Ecroulée sur un matelas
Le nez sur la radio
Qui répète qu’il fait chaud
pas envie d’travail
Je reste couchée, Je déraille
Tous les jours c’est pareil
Faut que je me cache du soleil

Il fait chaud. Faire attention au soleil
Il fait chaud, Et tous les jours c’est pareil

Echanger les cigarettes, Allongés sur le dos
Tout parait moins honnête sous l’soleil d’Bornéo
Tu joues tequila, tu bois et tu bois
Ça me fait vraiment mal de t’voir dans cet état

Il fait chaud. Faire attention au soleil
Il fait chaud, Et tous les jours c’est pareil

Et toujours cette chaleur, sueur qui colle à la peau
Dormir à la même heure, boire les mêmes sirops
Traîner à petits pas, moiteur et tequila
Ça m’fait vraiment mal de m’voir dans cet état

Il fait chaud, Faire attention au soleil
Il faut chaud, Et tous les jours c’est pareil

Je peux plus travailler
Peur d’avoir la peau brûlée
Rester sous sommeil
Sous la morsure du soleil

Il fait chaud.  Faire attention au soleil
Il fait chaud, Et tous les jours c’est pareil

Abreuvée d’coca
Ecroulée sur un matelas
Tous les jours c’est pareil
Faut que je me cache du soleil
Il fait chaud, Faire attention au soleil
Il fait chaud, Et tous les jours c’est pareil

Le pouvoir de la ratatouille

RATATOUILLECet été nous avons eu le bonheur de recevoir quelques membres de la famille américaine de mon amoureux.

Alors même que, le jour de leur arrivée, nous discutions de choses et d’autres à propos de la France, Connie et Robert m’ont dit qu’ils avaient vu le film « rouataiteuhouille » avec le petit rat cuisinier. Oh ça tombe bien j’ai dit, I cooked for you une vraie ratatouille provençale, j’espère que ça plaira à tout le monde. Ils sont parents de quatre beaux et vigoureux gaillards entre 7 et 15 ans, je n’étais pas sûre que les enfants aiment vraiment les légumes, mais tant pis, j’ai pris le risque.

J’avais longuement concocté avec Kamour (mon pote de toujours) une délicieuse ratatouille, faisant confire séparément les légumes, laissant mijoter ensuite juste ce qu’il faut pour que les parfums s’harmonisent et que cela ne se transforme pas en purée. Bref, pas les légumes pleins d’eau de la cantine hein ! Pas du tout. C’était une petite merveille et j’y mettais beaucoup d’espoir car je voulais tellement leur faire plaisir avec de vrais plats typiquement français durant tout leur séjour.

Les oh ! Ah ! Miam ! Delicious ! Amazing ! More please ! ont enchanté mes oreilles et mon coeur ! Non seulement le repas était copieux, mais j’en avais fait une énormissime marmite. Il en restait un peu et le lendemain ils m’ont réclamé avec enthousiasme ma ratatouille qui, je le signale très modestement et avec beaucoup d’humilité, était encore meilleure que la veille !
Tous les jours je les ai vus se précipiter dans ma cuisine pour regarder ce que je cuisinais et les entendre dire « it’s smell so good ! »

Des semaines plus tard ils parlent encore de ma cuisine et de ma « Fabulous rouataiteuhouille » et les enfants ont décidé que j’étais un chef 4 étoiles, rien que ça ! Moi je dis qu’il ne faut pas mésestimer le pouvoir de la ratatouille….

Mais cependant n’allez pas croire que je cherche à tirer la couverture à moi, si celle-ci est si bonne c’est que tout le mérite en revient à Kamour qui m’a aimablement (pouvait-il faire autrement ?) autorisée à vous en divulguer la recette :

Ratatouille provençale pour 6 personnes (4 si vous êtes gourmands) :

2 ou 3 gros oignons
3 poivrons rouges ou jaunes
4 aubergines
5 courgettes
6 tomates
Huile d’olive
Thym, laurier
Sel et poivre

Coupez tous les légumes en gros cubes d’environ 2 cm sur 2 cm.

Faites chauffer l’huile d’olive dans une grande casserole et faites-y fondre les oignons puis les réserver à part, hors du feu, dans un grand fait-tout avec 1 feuille de laurier et du thym égrené.

Faire cuire les aubergines 10 minutes environ et ensuite les mettre dans le fait-tout avec les oignons, mélanger pour que les parfums commencent à s’imprégner juste avec la chaleur des légumes cuits.

Faire cuire les courgettes, et de la même manière, les ajouter ensuite dans le fait-tout, toujours hors du feu et mélanger.

Faire cuire les poivrons après avoir soigneusement ôté toutes les graines et les parties blanches à l’intérieur. Les ajouter ensuite dans le fait-tout et mélanger.

Terminer par les tomates que vous laisserez fondre. Les ajouter ensuite dans le fait-tout.

Mélanger tous les légumes, ajouter le sel et le poivre selon le goût.

Mettre le fait-tout sur feu doux et cuire à couvert pendant 15  min, laissez ensuite réduire à découvert pendant au moins 30 mn en mélangeant de temps en temps. Les légumes doivent juste être confits, à vous de décider du temps de cuisson qui peut être plus ou moins long.

Régalez vous !