Cette seconde précise

19434785406_9e2eb54bb5_z… Je la connais bien cette seconde précise, qui semble passer en une fraction de nanoseconde parce que c’est celle où je suis en train de prononcer des mots.
Alors pourquoi ces mots là ? Comment ai-je fait ? Aucune idée, c’est un grand mystère. C’est pile quand je les dis, pas avant, pas après, mais juste à ce moment là que je réalise que je suis en train de sortir une énormité, c’est à dire Ze gaffe de l’année.

C’est aussi la seconde précise suivante, celle qui semble durer une heure, où j’ai chaud aux joues et même que ça me donne bonne mine quand c’est rose.
C’est le moment où je veux me faire toute petite, petite, petiteuuuh. Oui, oui, encore plus petite que moi. Pendant cette longue seconde je caresse le rêve de me transformer en bébé souris, et ce n’est pas bien gros une souricette hein !

Comme elle dure longtemps cette seconde interminable où le petit vélo dans mon cerveau pédale à fond car j’ai un choix à faire.
Essayer de me rattraper en prononçant d’un air dégagé, sûre de moi, les mots pertinents, spirituels et charmants qui rattraperont ma bourde ou alors rétrécir et me planquer dans la petite cachette où je voudrais me faire oublier parce que je ne sais pas comment procéder sans m’enfoncer davantage, craignant, si j’essaye, d’aggraver ce grand moment de confuse solitude.

Malgré tous mes efforts pour me rendre minuscule, même en y mettant tout mon coeur,  impossible de me cacher…  Donc faut que j’assure !
Je ris de ma bêtise, je présente mes excuses et je me moque de moi parce que je le vaux (et le veux) bien, Reine du stupidage oblige.

Au fait, comme je suis la meilleure, je fais aussi des gaffes sur les textos de mon téléphone. Mais je dois avouer que tout le mérite ne revient pas uniquement à mon auguste personne, car la fabuleuse Reine du stupidage que je suis est bien aidée par l’écriture intuitive !
Je vous épargnerai donc le récit de la seconde précise où j’appuie sur « envoyer » un texto torride adressé à mon amoureux et que je réalise que c’est un copain qui va le recevoir par erreur !
Allez ! Sourire général, c’est ma tournée !

Publicités

La femme qui murmurait à l’oreille de…

coussin 013Mes chats me parlent. Mais oui ! et on se comprend bien. Ils me parlent avec les yeux, vous savez ! ils me font « les petits yeux d’amour » ou alors ils me montrent ce qui les intéressent en regardant fixement ce qu’ils veulent. Certains sont très bavards, et font carrément la conversation, utilisant moult miaulements dont la gamme varie du petit miaou d’amour, presque un roucoulement, au gros Mwraou de revendication syndicale, presque avec un haut parleur ! Je leur réponds, je pose des questions, je fais les réponses, je leur explique ce qui se passe, je les rassure quand je sais qu’il va y avoir une petite perturbation dans leur quotidien. J’aime les caresser souvent, les tripatouiller tendrement, mettre mon nez sur leur petit ventre doux pour me rassasier du parfum de l’amour… Surtout, ahhh surtout… je murmure à l’oreille de mes chats. Je murmure des mots doux, je murmure des mots tendres, je murmure des mots d’amour. Je leur parle de nous, de la façon dont nous vivons, je chuchote et ils écoutent attentivement, je leur explique à quel point je les aime, je les remercie de faire partie de ma vie, de m’accompagner sur mon chemin. Lorsque je murmure à l’oreille de mes chats, je fais une ronronthérapie, parce que les petits mots doux, ça fait toujours cet effet là ! même moi je me mettrais bien à ronronner si je pouvais.
Savez vous que je sais aussi murmurer à l’oreille de…
Bon, là ça mérite un paragraphe, parce que je suis sûrement la seule femme au monde à murmurer à l’oreille de…
J’explique un peu ma particularité. C’est spécial. C’est bizarre aussi, je l’avoue. Je n’ai encore jamais vu quelqu’un qui murmurait comme moi à l’oreille de…
Alors, voilà l’histoire. Mes chats aiment bien se blottir sous les couvertures. Ca fait une bosse sur mon lit, j’aime m’approcher et leur murmurer des mots doux à travers le tissu.
Il n’y a pas très longtemps, un de mes chats était donc bien caché sous la couverture et à chaque fois que je passais, je me penchais vers lui, murmurais des mots doux très tendres, sans le caresser afin de ne pas le déranger. La matinée s’est passée doucement ainsi, murmurant dès que je pouvais des mots doux, me penchant tout près de mon chat bien caché.
Vers midi mes chats viennent me donner un coup de main pour préparer le repas. Nous sommes tous dans la cuisine et ils surveillent bien ce que je fais, au cas où je me tromperais dans ma recette ! Je les compte, ils sont tous là ! je suis contente, eux aussi, ça ronronne et ça se caresse à mes mollets. Ils n’attendent même pas un petit bout à grignoter, car chez moi, c’est self service, chacun mange à son rythme, c’est cool. Je passe dans ma chambre pour prendre quelque chose et je vois… le renflement de mon chat sous la couverture du lit. Je vais spontanément me pencher vers lui pour lui murmurer des mots tendres quand soudain je réalise que TOUS mes chats sont dans la cuisine. Mais qui est sous ma couverture ? Un petit intrus est venu se mettre au chaud ? il est fort possible que ce soit ça, c’est déjà arrivé. Alors je murmure gentiment pour prévenir que je vais soulever la couverture pour faire connaissance, qu’il ne doit pas avoir peur, que tout ira bien, je vais m’occuper de lui, il peut me faire confiance. Je respire longuement parce que je ne sais pas trop ce que je vais trouver, une petite minette timide ou un gros matou hargneux ? Je commence à soulever la couverture centimètre par centimètre, mon coeur bat un peu vite car j’attends la surprise. Je continue à chuchoter des mots rassurants pour enfin découvrirv avec beaucoup de précautions le squatteur qui ne bouge pas d’un iota. Il est très calme. même pas peur ! Il est un peu rouge, il doit avoir chaud. Je reste perplexe un instant puis j’éclate d’un fou rire à en faire sursauter mes chats. Je me présente, je suis la seule femme au monde à murmurer à l’oreille d’un coussin durant toute une matinée !
Bon, voilà quoi… trop forte je suis !

coussin 006