Cacas papillons

arc-en-ciel-feuOui, c’est vrai, il suffit de me parler de cacas papillons et  il n’en faut pas plus pour me mettre de bonne humeur.
Je ne sas pas si vous pourrez accéder directement la vidéo alors je vous mets aussi le titre à taper dans votre navigateur pour sourire pendant 37 secondes :
Horton – Extrait n°5 Kathy

Pour celui ou celle qui n’a pas imaginé un caca papillon après la vidéo c’est convocation directe dans mon bureau… que je lui fasse un dessin ! Et na !

Photo internet ipnoze

OVNI

P1020668Mercredi dernier, ma journée de travail terminée je rentrais enfin chez moi,  conduisant tranquillement lorsque mon regard est attiré par une boule de feu dans le ciel.
Elle est énorme, pas très loin, blanche, très lumineuse, un peu en losange, des étincelles orangées s’en échappent par moment, c’est bizarre et c’est beau. Qu’est ce que c’est ? Une météorite ? C’est vraiment trop gros me semble t-il par rapport à celles que j’ai eu l’occasion de voir.
Ah ! Je sais ! C’est un ovni bien évidemment. Mais faudrait qu’il freine un peu là, il va finir par s’écraser et je ne voudrais pas que mes petits extra terrestres se fassent des bobos car c’est sûr et certain ce sont de gentils martiens, verts tendres, souriants et super sympathiques ou peut être de grands plutoniens violets avec des rayures roses, très élégants et courtois… J’attends que l’engin de feu ralentisse. Je pense qu’il va d’abord tourner, planer un peu au dessus de ma voiture pour me passer au scan afin de s’assurer que je suis une gentille fifille, puis ils se poseront devant moi et je verrai enfin sortir des aliens qui viendront me faire un super « give me five » et moi je sortirais mon téléphone pour faire un selfie avec eux. Oui je sais, parfois j’ai l’imagination en mode turbo.

Mais…  il ne ralentit pas ! Mais qu’est ce qu’il fait ! Vite, je lui donne des ordres mentalement, au cas où il m’entendrait (faut pas oublier que les martiens sont de grands télépathes :
« Mais  freineuuuhhh !!!  »
Ben nan ! Il freine pas !

J’attends en serrant les dents le bruit de l’impact au sol, mais je n’entends rien. Je regarde autour de moi si je vois de la fumée, tout est normal, il n’est pas tombé très loin, mais impossible de savoir exactement où, c’est dommage car j’ai envie de souhaiter la bienvenue à mes colocataires universels.

Alors je fonce chez moi, j’allume les info à la télé, j’ouvre mon ordinateur et je cherche. Rien ! Pas un mot sur ma brulante apparition. Le lendemain je cherche encore et toujours pas une seule information sur ce phénomène. Je suis un peu dépitée, C’était tellement bizarre et gros, il n’est pas possible que je sois la seule à l’avoir vu, et promis juré je n’ai pas fumé la moquette ni rajouté de substances illicites dans mon thé.

Le surlendemain j’ai enfin eu l’explication ci-dessous que mon amoureux a dénichée pour moi dans les journaux :
« Ce que de nombreux témoignages ont associé à une boule de feu ou à un avion en flamme mercredi soir dans plusieurs départements du sud était en fait une pluie de météorites. Selon nos informations, le phénomène était aussi visible dans l’Hérault et trois morceaux seraient tombés sur terre »

Tournicotage

 

IMG_0210Moi je sais tournicoter. Eh ouais !

Il y a parfois des nuits de tournicotage intensif dans ma vie.
Je tournicote sur le ventre, puis sur le dos, également à droite, à gauche, c’est tout juste si je ne fais pas la chandelle, et tout ça sous la couette siouplé !
J’ai la tournicotation first class dans les globules, ne me félicitez pas, je n’ai aucun mérite, c’est naturel pour moi.

Très jeune, je ne m’endormais pas facilement mais heureusement déjà j’adorais lire et je tournicotais moins car je me camouflais sous les draps avec une lampe de poche, pour lire jusqu’à plus soif, choisissant les livres les plus gros et râlant lorsque le pavé que j’étais en train de lire arrivait à sa fin.
Moins jeune (mais pas vieille hein ! ) je ne me planque plus pour lire jusqu’à pas d’heure, la lumière ne gênant pas mon amoureux, mais il faut bien que j’éteigne à un moment où à un autre, espérant m’endormir pour être en forme pour aller bosser. Ben non ! Je tournicote. Je ne veux pas mais c’est à « l’insu de mon plein gré » ((c) Richard Virenque – all rights reserved).

Pour poser mon livre j’attends le moment crucial où je sens enfin le sommeil pointer le bout de son nez. Vite, vite, j’éteins la lampe, je me cale bien douillettement dans mon oreiller pensant m’endormir rapidement et qu’est ce que je fais ? Je tournicote !
Et en plus il y a des nuits (je devrais dire des matins très tôt) où j’en suis encore et toujours à tournicoter, je me retourne comme une crêpe dans mes draps et une crêpe au petit matin ça n’a pas bonne mine !

Pourtant Je ne ressasse pas de pensées lugubres car j’ai appris à ne plus ruminer. Oui bon, ça m’arrive, c’est vrai, mais je sais vite changer mon mode de pensée.
Je laisse vagabonder mon esprit, le rappelant à l’ordre s’il s’égare sur des nuages gris qui n’ont même plus raison d’être et lors de mes divagations j’ai parfois souvent des pensées incongrues ou des images bizarres qui apparaissent et c’est souvent très rigolo. Comme je me demande ce que ma petite cervelle va créer, je laisse faire mon cerveau pour tester et voir jusqu’où il va m’emmener, vers quelles contrées imaginaires et surréalistes il m’emportera et c’est parfois très surprenant. C’est fou ce qu’un cerveau tournicoteur peut faire voyager une grande tournicoteuse comme moi.

Mon amoureux s’endort en 2 secondes (et même moins), je ne peux même pas frimer puisqu’il ne se rend pas compte qu’il vit avec une super chouette tournicoteuse de compet’.

J’ai imaginé…

_DSC4562Lorsque j’ai vu ce palmier perdu dans ces arbres j’ai instantanément pensé au dessin qu’un feu d’artifice laisse dans le ciel.
Oui, c’est ça, je me suis inventé avec plaisir un feu d’artifice végétal, Oh les belles vertes !

Puis je suis passée avec mon amoureux sous leur ombre fraîche et derrière se cachait  un Magnolia . Nous avons été accueillis par le parfum de ses belles et énormes fleurs blanches et j’ai imaginé le parfum du bonheur.