Voulez-vous…

P1020610Voulez vous monsieur, aux soirs de soleil rose, me montrer le chemin sous les vignes, attendre à mes côtés l’heure bleue et l’appel de la nuit.
Voulez vous mon ami m’enlacer d’un regard et me faire danser sous les étoiles.
Voulez vous mon amour choisir avec moi d’épuiser le bonheur.

Publicités

Cher voisin

phone juillet 2013 274La maison à coté était vide depuis quelques petits mois. Je me doutais que de nouveaux locataires viendraient y vivre. C’est fait, ils ont emménagé cet été.

Mon nouveau voisin et sa compagne ont l’air sympa, ils ont une jolie petite fille qui doit avoir 3 ans. Ils se sont mariés cet été dans la Creuse, ils sont courtoisement venus me prévenir qu’ils allaient fêter l’évènement, il y aura un peu de bruit vendredi soir.
Pas de problème, un mariage ça se fête. Toutes mes félicitations chers voisins, que le bonheur soit avec vous.

Ce que je n’avais pas compris, c’est que la fête durerait presque une semaine. Mais ça rigolait, ça chantait, la musique n’était pas trop violente, c’était la fête et ça me faisait plaisir pour eux. J’aime quand les gens sont contents, ça me réjouit le coeur.

En fermant bien toutes les portes et fenêtres, que j’aurais pourtant voulu laisser ouvertes la nuit pour faire entrer un peu de fraîcheur après une journée brûlante, le bruit était tout à fait supportable. La grande fête, l’apothéose, a eu lieu le vendredi jusqu’à 5h du matin. Mon amoureux et moi étions plein d’indulgence, nous comprenions qu’ils aient envie de fêter ça comme il faut.

Je sais, je suis géniale, je suis supra cool, je le reconnais. Malgré mon évidente modestie très évidente, je l’avoue, je suis une voisine super sympa….
Ok, ok, ! je sais j’exagère un peu, mais vraiment un tout petit peu. C’est vrai, j’ai quand même râlé. Oh un petit rouspétage de rien du tout. Un peu à cause du bruit durant 5 jours et 6 nuits, je tiens à être précise, et beaucoup à cause des odeurs de cigarette car malgré le mur de 2 mètres que j’avais fait construire entre les deux terrasses quelques années auparavant pour remplacer le grillage indiscret, les odeurs de cigarette et la fumée des barbecues se faufilent systématiquement et sournoisement et vont jusqu’à entrer perfidement dans ma maison. C’est que les molécules sont opportunistes, ça se croit tout permis vous savez !

La cigarette m’écoeure, ça me donne envie de …. beurk et si je vous avoue que je suis émétophobe vous aurez compris…. C’est aussi la migraine assurée et j’ai généreusement donné dans ce domaine, je ne tiens pas à en subir davantage.

J’ai patiemment attendu sans pouvoir profiter de ma terrasse et des belles soirées d’été. Cette terrasse où j’aime déjeuner et diner, aller me reposer, m’asseoir un moment sur ma pierre pendant l’heure bleue qui m’est si précieuse, pour méditer, regarder mes chats autour de moi.  Tiens parlons des chats ! J’ai pris ma Clio Jolie d’Amour dans les bras pour un tendre câlin le nez dans sa douce fourrure….. beurk ! Elle fume en cachette la vilaine ? Je lui fais la morale, elle me regarde avec ses doux yeux innocents. Je la crois, elle ne ment jamais.
Le linge qui sèche doit fumer également… Il y a des choses bizarres dans ce pays !

La fête s’est enfin terminée. Le calme semble revenu, le parfum de la garrigue devrait être là aussi, mais…. Et oui, faut bien qu’il y ait un mais

...Mais, mon voisin est un gros fumeur. Aïe ! Ca s’annonce mal. Tous les jours tout le monde a envie de passer du temps, de déjeuner et diner sur sa terrasse. J’ai droit au fumet horrible de ses cigarettes pendant mes repas, mais pourquoi le vent pousse les odeurs vers ma terrasse et pas de l’autre côté ? Pourquoaaaa ? C’est peut être comme les moustiques ? Je les attire comme un aimant. Peut être que j’attire aussi la fumée de cigarette ? Serais-je capable de choses insoupçonnables… Trop forte je suis !

Mais (deux c’est mieux qu’un seul)  presque chaque jour il utilise un engin qui fait un bruit style moitié perceuse, moitié roulette du dentiste. Ah ! Je vous sens frémir d’horreur en ayant lu le mot dentiste, c’est abomifreux n’est ce pas ? Pendant des heures il use et abuse de ce truc-machin-chose au bruit perçant. Je ne sais pas ce qu’il fait, mais il le fait sur la terrasse en fumant ses cigarettes. La totale quoi ! Pôvre de moi !

Je me dépêche de fuir, je m’enferme en plein été pour ne plus sentir et ne plus entendre.

Cher voisin, fais attention, Ecoute ! On a de la chance, ça en vaut la peine…
Cher voisin, lâche cette cigarette qui empoisonne ton corps et ma vie, respire ! Le bonheur c’est si tu veux, et tu peux !

Je vais aller lui demander de baisser le son de son outil et essayer de lui glisser un mot sur la fumée de ses cigarettes. Ca va être difficile, il a le droit de fumer chez lui.

Mais (oui, encore un ! ) Parce que je suis une voisine géniale et sympa s’il ne comprend pas je sors le bazooka…

L’heure bleue

Melting Potes 07.2010.2Les hirondelles m’appellent. J’aime les regarder fuser de toutes parts, prévenant ceux qui attendent. Le moment est enfin arrivé. C’est l’heure bleue. L’heure où mon coeur se déshabille.

Le printemps s’est installé, je savoure comme une gourmandise cet espace de ma vie. Je me sens comme le ciel au crépuscule, le bleu pâle commence à foncer légèrement, tendre et mélancolique.

Je n’ai pas les mots pour expliquer cette impression. Tout ce qui est en devenir est déjà réalisé. Une boucle du temps me joue un joli tour. C’est étrange et délicieusement troublant.

J’aspire alors à me retrouver au calme, faire la paix avec la vie. Le tumulte de la journée s’apaise. La terre et les fleurs exaltent leurs parfums, les oiseaux chantent encore avant que le rossignol prenne le relais pour la nuit. C’est particulièrement doux.

Rester sans parler. Ecouter, sentir, savourer. Prendre le temps de regarder le ciel changer, accueillir cette nostalgie précieuse à mon coeur, la laisser m’envahir et prendre toute sa place.
Sur la terrasse, m’asseoir sur ma pierre. Surtout ne pas bouger. Rester immobile et en éveil total, c’est important. Regarder mes chats s’étaler autour de moi. Respirer lentement. Lever de nouveau les yeux vers l’univers. Avoir cette indéfinissable sensation là et si loin. Douceur d’être ? ou de n’être pas ?
Me perdre dans le temps, dans le bleu du ciel, être éthérée, en suspens…
Sentir cette mélancolie me faire du bien, croire que tous les possibles sont permis. Sentir l’heure bleue si prégnante et devenir à mon tour insaisissable, libre et m’envoler avec les hirondelles…..

Retrouvez les commentaires publiés sur mon ancien blog ici